Entreprises et marchés

TEST_RIP_to_www_1

HANOT, Ronald | 31 mars 2017 |

La Société des Marches de l’Ouest a remplacé cet été l’ensemble des chaudières basse température d’un immeuble de 23 logements sociaux – répartis sur 3 étages – par des chaudières à condensation. Les conduits existant n’étant plus adaptés, il a été nécessaire d’installer de nouveaux conduits concentriques en polypropylène translucide pour assurer la conformité technique des appareils et leur pérennité.


« Les nouvelles chaudières à condensation ne pouvaient être raccordées aux anciens conduits. Leur remplacement a par conséquent engendré la mise en place de conduits d’évacuation de fumées 3CEp Ubbink », explique Charly Robieux, commercial pour Ubbink France. « Le changement du conduit en place était inévitable car la réglementation française interdit le raccordement d’appareils à condensation sur des conduits en aluminium, comme l’était le conduit existant. Le système 3CEp Ubbink, avec son conduit de fumée en polypropylène, a été spécialement conçu pour les appareils à condensation », ajoute Guillaume Maunier, chargé d’affaires chez Nrgys Domotic, le bureau d’études qui a suivi le chantier. Les anciens conduits en aluminium de fumées ont donc été démontés et retirés de la gaine technique afin de faciliter la mise en place du nouveau conduit Rolux 3CEp.

Pour 8 logements, un système de ventouse horizontale Rolux Condensation 60/100 a été proposé pour un raccordement individuel de chaque chaudière, là où un conduit de fumée collectif n’est pas nécessaire. Pour les 15 autres logements, 6 chaudières sont raccordées sur 3 conduits verticaux Rolux 3CEp Condensation Concentrique de diamètre 80/130 et 9 autres sont raccordées sur 3 conduits verticaux de diamètre 110/160. « Le diamètre du conduit qui comporte 3 chaudières est plus important que celui du conduit comportant 2 chaudières car les débits d’air comburant et de rejet d’air vicié sont supérieurs. De plus, la buse de sortie de chaudière doit être capable d’assurer la dépression nécessaire à l’évacuation des fumées et à l’amenée d’air », insiste Guillaume Maunier.

Le Rolux 3CEp Condensation Ubbink est un système concentrique d’évacuation des produits de combustion et d’amenée d’air comburant pour les appareils à condensation. L’air comburant, prélevé en extérieur, est acheminé vers la chaudière via un conduit en acier galvanisé. Les fumées sont quant à elles évacuées par un tubage en polypropylène translucide, introduit à l’intérieur de ce conduit. « Ce conduit résiste à des températures de fumées allant jusqu’à 120 °C » assure Charly Robieux, commercial chez Ubbink. De par le fonctionnement en pression du conduit 3CEp, chaque chaudière est équipée d’un clapet anti-retour afin d’empêcher, lors de son arrêt, le retour des produits de combustion des autres appareils de fonctionnement. Pour réaliser la pose des conduits Rolux 3CEp, l’entreprise OCE, en charge de l’installation, a pu s’appuyer sur un DTA Avis Technique de l’équipement. Délivré par le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) en juin 2013, ce document sert notamment de manuel d’instruction pour la mise en place du conduit de fumées, tout en respectant la réglementation en vigueur.

Le changement d’un conduit et le raccordement des chaudières s’étalent sur 2 jours, sans compter les finitions. « Le lundi est généralement dédié aux installations de protections des logements et des réseaux, ainsi qu’aux désembouages des radiateurs à eau et à la préparation de la gaine technique. Le matin du mardi sert à assembler et à introduire le nouveau conduit. L’après-midi est consacré au raccordement des chaudières. Les finitions se font sur le reste de la semaine », développe Jean-Christophe Le Beux, chargé d’affaires chez OCE, entreprise qualifiée RGE QualiBAT en charge de l’installation des conduits.

Pour ce chantier, trois installateurs suffisent pour mettre en place le conduit. Deux interviennent sur le toit pour réaliser l’emboîtement et l’insérer dans la conduite en acier. Une fois le conduit en place, le troisième installateur fixe la partie basse, puis s’assure que le piquage des chaudières coïncide avec les appartements. Ces dernières doivent être raccordées à chaque té du conduit. Le ramonage annuel du tube se fait par la trappe sur l’appartement le plus bas. Le siphon et le tampon de visite sont amovibles, ce qui permet d’extraire particules et poussières. « Nous n’avions jamais mis en œuvre cette solution. Mais les conduites, déjà existantes de diamètre 350 mm, ont facilité l’installation car elles ne nécessitent pas de trou supplémentaire, de par leur diamètre assez large. C’est un véritable gain de temps pour l’installation », constate Jean-Christophe Le Beux.

Si les travaux de fumisterie ne dépassent pas la semaine, le temps peut sembler long aux occupants. « Le changement de chaque conduit et de ses chaudières nécessitait la présence de chaque locataire et une mise en œuvre rapide afin de ne pas les gêner. Nous faisons un travail de communication auprès des locataires des mois avant pour les sensibiliser sur ces travaux et on leur rappelle la semaine précédant l’intervention », explique Guillaume Maunier, chargé d’affaires chez Nrgys Domotic. Aussi, durant les deux jours nécessaires au changement de chaudières et de conduit, de manière à éviter aux occupants la douche froide, un ballon de production d’eau chaude sanitaire provisoire de 50 litres avait même été prévu.



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

3 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

Dossiers de la rédaction

Produits et Services

Sélections thématiques

  • 18 septembre 2012

    Les nominés aux Grands Prix du Froid

    Sur les 33 innovations présentées, 17 ont été retenues par le Jury d'experts des Grands Prix du Froid. C'est désormais à vous, acteur du froid, d'élire les produits et les installations les plus innovantes. La Rpf, co-organisatrice de ...