Profession

Des pompes à chaleur plus performantes

François SAGOT | 29 septembre 2011 |

Le premier congrès français des pompes à chaleur a réuni 170 participants le mardi 20 septembre à Paris. Photo: La RPF
La filière a fait le point sur les dernières recherches dans le domaine de la thermodynamique, lors du 1er congrès français des pompes à chaleur.

Le trait commun des projets présentés lors du 1er congrès français des pompes à chaleur était sans conteste la recherche de la performance des installations thermodynamiques. Et, également, la mesure effective de cette performance. Jean-Robert Millet, directeur de la division énergie du CSTB, a rappelé cette nécessité tout en insistant sur la définition d’un périmètre de mesure. Selon lui, « on peut penser que le coefficient de performance énergétique saisonnier exprimé en énergie primaire se généralisera ». L’idée est de donner une image plus fidèle des conditions réelles d’utilisation et de pouvoir comparer les générateurs entre eux.

Illustration : dans la méthode de calcul Th-BCE de la RT 2012 publiée cet été, le calcul des consommations annuelles des Pac est effectué selon un pas de temps horaire par simulation dynamique prenant en compte les caractéristiques du générateur à pleine charge mais aussi à charge partielle. Ce travail de modélisation a fait l’objet d’un travail en commun avec Mines Paris Tech. Dans la pratique, il faut remplir une matrice indiquant la performance de la Pac en fonction des conditions de « sources » de température amont et aval.

Mais attention : la mesure de la performance ne doit pas porter uniquement sur la machine thermodynamique. Elle doit concerner l’installation tout entière. D’ailleurs, la RT 2012 prend en compte l’inertie de la boucle de distribution, les auxiliaires, le type de régulation tout-ou-rien ou proportionnelle.

De nombreuses applications dans l'industrie

Lors du congrès, Ali Bourig a présenté une étude menée par Maxime Dupont, Eugenio Sapora et Laurent Levacher d'EDF sur le gisement de récupération de chaleur dans l'industrie française. Selon les données collectées, 75 % de l'énergie utilisée, soit 450 TWh/an, correspond à des besoins thermiques. Or, selon des estimations, 30 % de cette chaleur serait perdue.

Le gisement est donc important, ce qui a amené EDF à analyser l'opportunité de faire appel à des pompes à chaleur pour 1 440 segments de marché identifiés (en tenant compte du type de process, de la température requise...) Résultat: grâce à l'utilisation de Pac haute température, il serait possible d'économiser 2 TWh/an, tout en restant dans des critères de retour sur investissement acceptables. D'où les travaux de recherche engagés par EDF comme, par exemple, la mise au point avec Johnson Controls Industries d'une machine capable de fonctionner à 100 °C (140 °C à terme).



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

3 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

Dossiers de la rédaction

Produits et Services

Sélections thématiques

  • 18 septembre 2012

    Les nominés aux Grands Prix du Froid

    Sur les 33 innovations présentées, 17 ont été retenues par le Jury d'experts des Grands Prix du Froid. C'est désormais à vous, acteur du froid, d'élire les produits et les installations les plus innovantes. La Rpf, co-organisatrice de ...