Entreprises et marchés

Le HFO 1234 yf sous le feu des polémiques

Pierre LE MERCIER | 26 janvier 2012 |

La vidéo du site de l'eurodéputée a contribué à alimenter les réactions.
Accusé d'être potentiellement mortel en clim auto par une députée européenne, le HFO 1234 yf a fait le buzz et couler beaucoup d'encre. Les arguments scientifiques avancés sont cependant contestés. Qui aurait donc intérêt à crier haro sur cet HFO ?

Vidéo à l’appui, l’eurodéputé Michèle Rivasi du parti « Europe écologie » a qualifié le fluide frigorigène 1234 yf de mortel.  Ces propos ont été tenus lors d’une conférence de presse le 16 janvier dernier pour alerter sur les dangers de l’utilisation de ce HFO dans la climatisation automobile. Plus précisément, Michèle Rivasi entourée de scientifiques allemands a déclaré : « ce gaz inflammable et toxique pourrait mettre en danger la vie des conducteurs en cas de collision frontale entre véhicules, ou même blesser des pompiers qui tenteraient d’éteindre un incendie de voiture ». Et de préciser : «en effet, la température d’auto-inflammation du HFO 1234yf est assez basse (405°C) et l’inflammation de ce gaz produit du fluorure d’hydrogène, qui se transforme en acide fluorhydrique – extrêmement toxique et corrosif – au contact de l’eau ». Ces propos ont été ensuite très largement repris dans tous les médias grand public. Depuis la polémique sur le sujet n’a fait qu’enfler. Alors infos ou Intox ?

Comparaison avec le R 134a

Pour Denis Clodic, docteur en énergétique de l'Ecole des Mines de Paris et directeur de recherche émérite de Mines ParisTech, également interrogé par le site de « l’Après-vente automobile », il convient de rappeler que le fluide a passé tous les obstacles des nombreux systèmes d’évaluations internationaux tels que le programme SNAP de l’Agence de protection de l’environnement des Nations Unies (EPA) ou le règlement Reach qui encadre les substances chimiques en Europe. Le fluide a également subi de très nombreux tests au Japon et au sein de l’organisation internationale SAE où les contrôles ont duré plus de trois ans. Pour le scientifique, «si l’inflammabilité existe, les risques ne sont pas plus importants qu’avec le R 134a qui est pourtant utilisé depuis longtemps en clim auto. Les nombreux tests menés dans ce domaine ont d’ailleurs convaincu les constructeurs automobiles. Il en va de même quant à la décomposition du HFO qui n’engendre pas plus de risques d’intoxication que le R 134a sur lesquels on n’a pas entendu les pompiers ». Comme le souligne le spécialiste, en cas d’incendie de nombreux autres composants du véhicule à l'exemple du plastique se décomposent et produisent ces émanations toxiques.  

 

La récente campagne menée par Michèle Rivasi reprend des arguments déjà exploités en 2009 par l’association environnementale allemande Deutsche Umwelthilfe. La polémique qui arrive en France semble loin de s’apaiser. À tel point que l’on peut s’interroger pour savoir qui pourrait vraiment tirer bénéfice de cette affaire. Et d’évoquer alors, comme le signale AVA sur son site,  le lobby CO2 en référence au fluide frigorigène écarté il y a quelques années par l’industrie automobile au profit du HFO 1234 yf dont le potentiel de réchauffement global (GWP) de 4 est aussi très bas…

Sous le coup d'une enquête antitrust

Sans visiblement de lien entre les deux informations, en fin d’année la Commission européenne a ouvert une procédure antitrust concernant les accords entre Honeywell et DuPont pour le développement du HFO 1234yf pour les systèmes de climatisation automobile. Cette enquête fait suite à des plaintes portant sur de possibles arrangements anticoncurrentiels entre les deux industriels. Elle cherche également à vérifier des allégations quant à d’éventuels manques de transparence sur les brevets et les accords de licence. 

Interrogé à ce sujet, Honneywell se dit confiant : « nos pratiques sont conformes à la loi et la Commission va conclure que nous avons agi en pleine conformité avec les règles de concurrence de l'Union. Comme la Commission l'a noté dans son annonce, l'ouverture d'une procédure formelle est une étape procédurale et ne préjuge en rien de l'existence d'une infraction ou le résultat de cette enquête. Honeywell s'engage à coopérer pleinement avec la Commission et à aider l'Agence à clore ces procédures aussi rapidement que possible ».
 



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

3 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

Dossiers de la rédaction

Produits et Services

Sélections thématiques

  • 18 septembre 2012

    Les nominés aux Grands Prix du Froid

    Sur les 33 innovations présentées, 17 ont été retenues par le Jury d'experts des Grands Prix du Froid. C'est désormais à vous, acteur du froid, d'élire les produits et les installations les plus innovantes. La Rpf, co-organisatrice de ...