Entreprises et marchés

Transport des produits «surgelés» : concentration accrue

Jean-François Aubry | 20 décembre 2013 |

Entre la concentration des acteurs et l’ouverture très nette aux prestations logistiques, le secteur du transport des surgelés accélère sa mutation.

Ce n’est pas un scoop, le nombre d’opérateurs actifs dans le transport des surgelés pour compte d’autrui* se réduit comme peau de chagrin. Notre panorama (voir encadré), réalisé avec le concours de l’Union nationale du transport frigorifique (Untf), s’est encore allégé depuis sa précédente édition en 2010. Sur l’ensemble des 200 transporteurs spécialistes du transport sous température dirigée en France, à peine une vingtaine environ sont vraiment actifs dans le froid négatif. Il faut dire qu’en aval, le nombre d’industriels et de réseaux de distribution s’est lui aussi considérablement restreint, et les effets de la crise ne tendent pas à laisser espérer une inversion de tendance pour le moment. Le portefeuille client des transporteurs s’en est d’autant allégé. L’autre explication, c’est bien sûr les contraintes techniques associées au transport de glaces et de surgelés. Les exigences relatives à une chaîne du froid irréprochable tout en étant plus respectueuse de l’environnement et de la société, obligent les transporteurs à investir non seulement en matériels, mais également en procédures qualité. « Seuls les plus offensifs peuvent aujourd’hui répondre aux exigences croissantes des donneurs d’ordres », explique Jean-Paul Meyronneinc, délégué général de l’Untf.

L’autre évolution qui en découle, c’est l’effacement progressif de la frontière séparant aujourd’hui les transporteurs des spécialistes de l’entreposage et de la logistique. D’un côté, la grande majorité des transporteurs de surgelés ont ajouté dans leurs services une liste de prestations logistiques longue comme le bras. Préparation de commandes, picking, mise en rayonnage, etc.

 

* Transport pour compte d’autrui : pris en charge par un prestataire transporteur. Il s’oppose au transport en compte propre, géré par les industriels et distributeurs eux-mêmes.

Le transport frigorifique en France

L’Untf a réalisé cette année une étude relative au transport frigorifique en France. En voici quelques chiffres clés. Déjà, la température dirigée représenterait aujourd’hui entre 9 et 10 % des trafics du transport routier, tous secteurs confondus. Selon les analyses des parcs fournies par le ministère des transports, un peu moins de 110 000 véhicules utilitaires opèreraient dans le transport frigorifique. Ils se répartissent entre les camionnettes dotées d’un fourgon sous température dirigée (46 000), les porteurs équipés (28 000) et enfin les ensembles tracteurs et semi-remorques (33 500). Ces derniers étant majoritairement entre les mains des transporteurs pour compte d’autrui. Les régions où se concentrent le plus de véhicules sont l’Ile-de-France, la Bretagne et le Rhône Alpes.

Si on recense près d’un millier d’entreprises possédant au moins un véhicule de ce type, environ 400 entreprises (dont la moitié sont en fait des filiales), ont en fait une activité significative, voire exclusive en transport frigorifique pour compte d’autrui. Leur chiffre d’affaires cumulé dépasserait les 4,5 milliards d’€.



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

3 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

Dossiers de la rédaction

Produits et Services

Sélections thématiques

  • 18 septembre 2012

    Les nominés aux Grands Prix du Froid

    Sur les 33 innovations présentées, 17 ont été retenues par le Jury d'experts des Grands Prix du Froid. C'est désormais à vous, acteur du froid, d'élire les produits et les installations les plus innovantes. La Rpf, co-organisatrice de ...