Profession

Les métiers du froid à la loupe

Elise KUNTZELMANN | 6 mars 2015 |

Que ce soit en termes d’entreprises, d’emplois ou encore de formation, la branche du froid, des cuisines professionnelles et du conditionnement de l’air a été passée au crible par Agefos PME. Voici les principales conclusions.

Réalisé par le service observatoires d’Agefos PME, ce portrait statistique rappelle que les 1 900 entreprises composant la branche en 2011, sont principalement des TPE (76 % des entreprises comptent moins de 10 salariés), mais cette part est inférieure à l’ensemble de l’économie en France (86 %).

L’Île-de-France représente la première région en termes de nombre d’entreprises. Un tiers de ces entreprises déclarent l’installation de machines et équipements mécaniques en activité principale (NAF 3320B), plus de 2 entreprises sur 10 déclarent la fabrication d’équipements aérauliques et frigorifiques (NAF 2825Z) et 10 % les travaux d’installation d’équipements thermiques et de climatisation (NAF 4322B).

 

Qu’en est-il des salariés ?

23 600 salariés ont été recensés dans la branche en 2011. Ces derniers sont fortement concentrés dans des entreprises de 10 à 50 salariés (49 % des salariés), ce qui distingue la branche de l’ensemble de l’économie (16 %). La part des salariés des TPE est proche dans la branche (30 % contre 29 % pour l’ensemble). Les entreprises de 50 salariés et plus représentent seulement 25 % des salariés (contre 55 % pour l’ensemble).

La branche professionnelle des entreprises du froid et connexes est très masculine (83 % d’hommes). Cette proportion est d’autant plus élevée au regard de la proportion d’hommes tous secteurs confondus (47 %), mais en deça de ce qui s’observe dans le secteur du bâtiment (89 %). Avec plus d’un salarié sur 3 (34 %) âgé de moins de 30 ans. Ces salariés sont relativement jeunes au regard de l’ensemble des actifs (30 %). La part des moins de 30 ans dans le secteur du bâtiment est équivalente (35 %). La part des 50 ans et plus s’élève à 16 % (versus 24 % pour l’ensemble). Les hommes sont plus jeunes que les femmes (respectivement 35 % de moins de 30 ans versus 23 %). Cela s’explique très certainement par la typologie des postes, plus souvent manuels, à plus bas niveau de qualification, fréquemment occupés par les hommes. En effet, les hommes occupent majoritairement des fonctions d’ouvriers (48 %) ou des professions intermédiaires (35 %), alors que les femmes sont plus souvent employées (68 %).

Tous sexes confondus, la branche est essentiellement composée d’ouvriers. Les contrats de travail sont majoritairement des CDI (82 %), proportion élevée par rapport au secteur du bâtiment (77 %) et à l’ensemble de l’économie (77 %). Il n’y a pas de différence de type de contrat de travail selon le sexe.



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

3 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

Dossiers de la rédaction

Produits et Services

Sélections thématiques

  • 18 septembre 2012

    Les nominés aux Grands Prix du Froid

    Sur les 33 innovations présentées, 17 ont été retenues par le Jury d'experts des Grands Prix du Froid. C'est désormais à vous, acteur du froid, d'élire les produits et les installations les plus innovantes. La Rpf, co-organisatrice de ...