Profession

L'Asercom se positionne sur « la prolifération des fluides frigorigènes »

La rédaction | 18 mai 2015 |

Face à quelque 300 différents fluides frigorigènes disponibles sur le marché, l'Asercom propose une segmentation par application.

Comme elle l'avait précisé lors de son assemblée générale à Nice, l'Asercom a affirmé sa position sur la prolifération des fluides frigorigènes dans un communiqué. Dans un contexte de profondes évolutions réglementaires en Europe (F-Gas, écoconception…), l’Asercom et l’ensemble de ses membres soulignent leur attachement à suivre ces mutations dont résultent des avantages environnementaux. Dans le cadre de la F-Gas, alors que les quantités de HFC vont fortement diminuer, surtout à partir de 2017/2018, les nouvelles gammes d’équipements devront accroître leur efficacité énergétique tout en minimisant leur charge de fluide frigorigène présentant un PRP le plus faible possible. Selon l’association des fabricants européens de composants frigorifiques, « Il y a actuellement 300 différents fluides frigorigènes disponibles sur le marché », soit directement, soit en cours de développement. De ce fait, « le risque de prolifération de molécules est très significatif ! Cela a déjà été expérimenté avec le Protocole de Montréal ». Aussi, toujours selon l’association, dans un effort d’analyse pour structurer les produits HVACR en groupes ou segments pertinents, il y a surtout un minimum de 40 à 50 segments définis. De plus ces différents segments doivent être différenciés par un minimum de trois types de climat (froid, moyen et chaud). L’Asercom estime donc qu’une segmentation appropriée par application (froid commercial, industriel,  semi-industriel…) est essentielle pour réussir.

L’association rappelle que ses membres ont déjà évalué le potentiel des fluides frigorigène et leurs conséquences pour le coût des produits sur plusieurs années. Les recherches conduites couvrent toutes les molécules afin de bien répondre aux demandes de leurs marchés respectifs. Cela inclus les fluides dits naturels tels que R 744 (CO2), R 600a, R 290 et R 717 (ammoniac), les HFO (en cours d’évaluation) ainsi que les mélanges HFC, HFO zéotropic. De plus, de très nombreux fluides frigorigènes potentiels sont des mélanges de plusieurs molécules qui sont finalement de type A2L (inflammable) mais aussi avec un glissement de température élevé (dit aussi « Glide »). Les conséquences thermodynamiques du glissement peuvent conduire à des différences de performances très différentes de celles déclarées.

L’Asercom précise encore que ses constructeurs conçoivent leurs produits pour une durée de vie de 15 à 20 ans. La plupart d’entre-eux ont analysé depuis plusieurs années des solutions alternatives de fluides frigorigènes pour certaines applications. Le temps de développement d’un produit est d’au moins 12 mois pour une simple qualification et jusqu’à 3 ou 4 ans pour un développement complet. Les membres de l’association sont, en outre, responsables de la garantie de leurs produits pour la qualification de fluides frigorigènes.

Dans ce contexte, « l’effort de développement ne peut être réalisé que sur quelques fluides frigorigènes sélectionnés qui présentent un fort potentiel au regard d’essais préliminaires. Seule une approche focalisée permettra à l’industrie de réaliser la réduction progressive ciblée dans l’espace de temps donné ».

 



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

3 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

Dossiers de la rédaction

Produits et Services

Sélections thématiques

  • 18 septembre 2012

    Les nominés aux Grands Prix du Froid

    Sur les 33 innovations présentées, 17 ont été retenues par le Jury d'experts des Grands Prix du Froid. C'est désormais à vous, acteur du froid, d'élire les produits et les installations les plus innovantes. La Rpf, co-organisatrice de ...