Profession

F-Gas oblige, le futur des fluides se dessine à l’Asercom

Pierre LE MERCIER | 15 janvier 2016 |

La dernière convention annuelle de l'Asercom donne des pistes sur les nouveaux fluides avec lesquels ses membres qualifieront leurs compresseurs et les groupes de condensation.

Depuis deux ans, un vent de renouveau souffle sur l’Association européenne des constructeurs de composants pour la réfrigération (Asercom) présidée par Claude Blanc. Et ce dynamisme se concrétise bien au-delà du nouveau logo de l’association comme l’a encore démontré sa dernière convention annuelle à Bruxelles le jeudi 14 janvier. Quelque 80 experts techniques s’y sont retrouvés pour échanger et débattre sur divers dossiers. Parmi ceux-ci les fluides frigorigènes bien sûr. L’Asercom ne donnera pas officiellement de liste exhaustive des futurs réfrigérants qui serviront à qualifier dans un avenir plus ou moins proche les compresseurs et groupes de condensation, souligne Stéphane Nassau, son « chairman of the board ». Il n’en reste pas moins que les nouveaux fluides aujourd’hui testés par les constructeurs sont révélateurs des équipements qu’ils proposeront demain. Et ceci alors que l’AHRI va présenter à Orlando, le 21 janvier prochain, son deuxième programme d’évaluation des fluides à faible GWP (AREP II), comme l’a mentionné Stephen Yurek, à la tête de l'association américaine de froid et de climatisation. On en saura plus alors sur les 19 nouveaux fluides qui ont été testés parmi les 29 nouveaux proposés.

 

Une liste restreinte

C’est dans ce contexte que Régis Leportier, président du comité « Technology » a fait le point sur les scénarios envisagés par l’Asercom quant à l’usage des fluides à faible GWP dans le cadre de la F-Gas. Une analyse que l’association mène après avoir déterminé l’an dernier les différents segments d’activités regroupés autour de 18 grands domaines. Avec une prise en compte nécessaire des écarts (climatiques, culturels…) entre les différentes régions d’Europe concernées. Les scénarios devant aussi considérer les futures révisions des réglementations européennes (comme la EN 378) et des conséquences du phase down inscrit dans la F-Gas... Sans compter que les orientations doivent aussi intégrer une approche sécuritaire, la disponibilité des fluides, l’aspect économique et l’efficacité globale du système frigorifique. Sans dévoiler les fluides qui seront retenus par les constructeurs, Régis Leportier a d’abord insisté sur le fait qu’aujourd’hui le R 404A n’était plus pris en compte dans les nouveaux développements des constructeurs. Et que 80 % des membres de l’Asercom partageaient aujourd’hui une short list de 5 à 10 nouveaux fluides. Des solutions vont donc bien permettre de répondre aux besoins de froid positif et négatif avec un consensus autour d’un petit nombre de ces fluides alternatifs. Des annonces plus précises devraient intervenir au cours du premier semestre 2016. Il y a fort à parier qu’elles porteront notamment sur le R 452A (au GWP de 2 140), le R 449A (GWP de 1397) et le R 448A (GWP = 1273).  Ce qui est sûr c’est que le temps est compté comme n’ont cessé de le rappeler les intervenants pour qui 2018 sera une échéance très importante. Américains et Européens s’accordent aussi pour dire que partout les réglementations doivent évoluer notamment quant à l’usage des fluides inflammables (A2L, A3). Avec aussi la nécessité de renforcer la formation des intervenants.

 



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

3 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

Dossiers de la rédaction

Produits et Services

Sélections thématiques

  • 18 septembre 2012

    Les nominés aux Grands Prix du Froid

    Sur les 33 innovations présentées, 17 ont été retenues par le Jury d'experts des Grands Prix du Froid. C'est désormais à vous, acteur du froid, d'élire les produits et les installations les plus innovantes. La Rpf, co-organisatrice de ...