Profession

L’AFCE fête ses 20 ans dans un contexte réglementaire toujours très mouvant

Pierre LE MERCIER | 8 avril 2016 |

A l’occasion de son XIVe colloque, l’AFCE a permis de dresser un état des lieux de la réglementation sur les fluides frigorigènes à l’heure de la F-Gas et de ses possibles évolutions.

Fondée dès son origine en 1995 pour promouvoir une « utilisation responsable des fluides frigorigènes », l’AFCE n’a pas dérogé à la règle pour son XIVe colloque. Organisé le 31 mars 2016 à Paris, l’événement coïncidait avec la célébration de ses 20 ans.

Tout au long de l’après-midi, l’Alliance Froid Climatisation Environnement (AFCE) a donné l’occasion à quelque 150 participants de débattre sur l’avenir des fluides frigorigènes. Point d’orgue de l’après-midi : l’intervention très attendue des représentants du ministère de l’Environnement : Florian Veyssilier et Cédric Bourillet. Elle a permis notamment de faire le point sur la réglementation française sur les fluides frigorigènes dans le cadre de la F-Gas. Tout en commentant les derniers arrêtés parus fin mars, ils ont évoqué dès à présent leurs possibles modifications face à certaines incompréhensions des professionnels, à la seule condition toutefois que ceux-ci apportent des arguments documentés. Ils ont aussi sensibilisé les participants sur la nécessité d’anticiper dès maintenant la fin des HFC tout en annonçant un contrôle très renforcé de la mise en œuvre de la réglementation.

Grâce à différentes interventions, l’assistance a pu constater que les efforts qui avaient été demandés aux métiers du froid depuis des années pour respecter l’environnement n’ont pas été vains. Comme l’a rappelé Laurent Guégan, président de l’ADC3R, les efforts du secteur ont permis d’éviter, entre 1993 et 2013, l’émission de 45 millions de tonnes equivalent CO2. L’objectif d’ici à 2030 étant d’arriver à 68 millions T Eq CO2 d’émissions évitées. Un objectif qui trouve son corollaire dans le retour de certains fluides « naturels » et l’arrivée de nouvelles molécules chimiques beaucoup plus « vertes ». Parmi celles-ci, les HFO étudiés notamment dans le cadre de l’AREP 2 présenté par Dr. Karim Amrane de l’AHRI. Toutes ces évolutions ne peuvent se concevoir sans aborder de manière très sérieuse le confinement des installations et les détections de fuites. L’AFCE annonce à ce titre le lancement d’une nouvelle étude pragmatique des systèmes de détection de fuites au travers de sites étudiés. Elle permettra de répertorier et hiérarchiser les moyens de détection selon différents items : sensibilité, répétitivité, fiabilité, facilité de mise en oeuvre. En fin de journée, une table ronde s’est intéressée de nouveau à la F-Gas au travers de ses conséquences sur la formation et la sécurité. Il a alors été beaucoup question des HFO puis des hydrocarbures et plus spécialement de leur inflammabilité. Si les normes internationales (EN 378) reconsidèrent celles-ci, elles devront ensuite être prises en compte dans les réglementations nationales. Pour l’heure, en France, le flou demeure mais les organisations professionnelles comme l’AFCE travaillent avec l’Administration pour clarifier la situation.

A l’issue de la journée de travail, tous les invités ont été conviés à fêter les 20 ans de l’AFCE dont la genèse et son évolution ont été retracées par un discours de Denis Clodic. L’association a aussi tenu à remettre son premier Trophée à Claude Brian (photo ci-dessous) pour son action décisive dans la fondation de l’AFCE.   



PARTAGER

imprimer partager par mail

Plus de Photos

Informations

Newsletter

3 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

Dossiers de la rédaction

Sélections thématiques

  • 18 septembre 2012

    Les nominés aux Grands Prix du Froid

    Sur les 33 innovations présentées, 17 ont été retenues par le Jury d'experts des Grands Prix du Froid. C'est désormais à vous, acteur du froid, d'élire les produits et les installations les plus innovantes. La Rpf, co-organisatrice de ...