Profession

Fluides alternatifs : les options actuelles selon l’IIF

Elise KUNTZELMANN | 15 avril 2016 |

La 31e note d’information de l’institut international du froid fait le point sur les principaux fluides à faible PRP susceptibles de remplacer les HFC. Elle examine, application par application, les options envisagées à long terme.

 « Il est techniquement et économiquement possible de construire et d’exploiter des systèmes frigorifiques avec un impact limité sur le climat. Cela peut s’obtenir de plusieurs façons. L’option à retenir dépend des préférences de chacun, de la réglementation et des normes de sécurité en vigueur dans le pays, de la disponibilité des composants et des compétences ainsi que de l’acceptation ou non de payer un prix pouvant être légèrement plus élevé pour le système, du moins au début. Dans de nombreux cas, un investissement plus élevé au départ peut être amorti grâce aux coûts d’exploitation et de maintenance inférieurs des systèmes améliorés. » C’est ainsi que l’IIF clôt sa 31e note d’information. Elle explique également que l’efficacité énergétique de ces systèmes frigorifiques alternatifs peut être au moins aussi élevée que celle des technologies utilisant les HFC. Elle prend l’exemple de pays dont l’histoire est marquée par des lois environnementales progressistes comme le Danemark ou la Suède, où de nombreux systèmes sans ou avec peu de HFC, ont déjà été construits et exploités avec une bonne efficacité énergétique. 

Concrètement, parmi les alternatives à faible GWP, la note cite l’ammoniac, le CO2, les hydrocarbures (isobutane, propane, propène), l’eau, les HFC insaturés, le R 32 ou encore les mélanges HFC-HFO.

 

Les options disponibles

Disponible sur le site de l’IIF dans la rubrique « Publications », la note détaille ensuite les différentes options possibles par application : en froid commercial et industriel, pour le transport frigorifique, le conditionnement d’air (unités scellées en usine y compris les unités mobiles, climatiseurs split, systèmes à conduits, refroidisseurs) et les pompes à chaleur. Concernant le froid industriel, les unités autonomes à groupe incorporé, les unités de condensation et les systèmes centralisés sont décrits. Pour les unités autonomes à groupe incorporé ainsi que pour les unités de condensation, les hydrocarbures et le CO2 sont préconisés. Les appareils au CO2 permettent en effet d’obtenir, pour les unités autonomes, une efficacité énergétique légèrement supérieure, à celle des appareils aux HFC sous des climats tempérés ou intérieurs.

Pour les systèmes frigorifiques centralisés des supermarchés, au moins sept ou huit alternatives « sans HFC » existent. Les fluides alternatifs utilisés sont l’ammoniac, le CO2, et les hydrocarbures, principalement le propane et le propylène. Tandis que le CO2 peut être employé à l’intérieur des zones commerciales, toutes les autres alternatives sont confinées dans la salle des machines ou dans une installation extérieure en raison de la toxicité (ammoniac) ou de l’inflammabilité (HC-290 et HC-1270).



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

3 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

Dossiers de la rédaction

Produits et Services

Sélections thématiques

  • 18 septembre 2012

    Les nominés aux Grands Prix du Froid

    Sur les 33 innovations présentées, 17 ont été retenues par le Jury d'experts des Grands Prix du Froid. C'est désormais à vous, acteur du froid, d'élire les produits et les installations les plus innovantes. La Rpf, co-organisatrice de ...