Dossier

SEPA : un ultime sursis pour les retardataires

Elise KUNTZELMANN | 17 janvier 2014

À compter du 1er février 2014, le virement et le prélèvement SEPA devaient remplacer définitivement le virement et le prélèvement national. Avec l’obligation pour toutes les entreprises de se mettre en conformité afin d’être assurées de pouvoir payer leurs salariés, régler leurs fournisseurs, et être payées par leurs clients. À moins d’un mois de la date butoir, et devant l’insuffisance du taux de migration, la Commission européenne vient d’instaurer une période  de transition supplémentaire de six mois afin que les entreprises subissent le moins de perturbations possible.  En pratique, la date butoir reste fixée au 1er février 2014, mais les paiements qui ne sont pas effectués au format SEPA pourront continuer d’être acceptés jusqu’au 1er août.  Les retardataires doivent donc profiter de ce sursis pour se mettre en conformité. Il s’agit d’une réelle opportunité à l’heure où la Banque de France s’alarme de l’insuffisante migration à ce nouveau mode de paiement, surtout pour les petites et moyennes entreprises, ainsi que pour les artisans et les associations. Il n’y a donc pas de temps à perdre, d’autant qu’il n’y aura pas de nouvelle période de transition ! Rappel des modalités et outils à utiliser pendant qu’il est encore temps.  

Photo : D.R

PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

3 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Actualités

Archives

Produits et Services

Sélections thématiques

  • 18 septembre 2012

    Les nominés aux Grands Prix du Froid

    Sur les 33 innovations présentées, 17 ont été retenues par le Jury d'experts des Grands Prix du Froid. C'est désormais à vous, acteur du froid, d'élire les produits et les installations les plus innovantes. La Rpf, co-organisatrice de ...